Ecologie diade_research_  

L’agriculture du futur : comment la production évoluera-t-elle ?

Des changements majeurs sont attendus d’ici à 2030, qui entraîneront une révolution dans le secteur agricole. Depuis des décennies, les gouvernements et les grandes organisations se concentrent sur la disponibilité des aliments, dans le but de rendre accessibles toute l’année les aliments qui constituent la base de notre alimentation.

Mais depuis quelque temps, ce n’est plus le cas : de nouveaux facteurs ont conduit à une remise en cause de l’ensemble du système agricole. Comment la production alimentaire va-t-elle évoluer dans les années à venir ? Selon les prédictions sur l’agriculture du futur, les principaux changements seront les suivants :

L’agriculture biologique et les nouvelles tendances

Les nouvelles tendances alimentaires ont une influence croissante sur la façon dont nous pratiquons l’agriculture. Selon certaines sources, la tendance est que de plus en plus de personnes mangent des plantes et moins d’animaux. Nous commençons également à privilégier la qualité et la diversité par rapport à la quantité.

Comme le souligne le rapport 2019-2030 de l’Union européenne, les consommateurs sont de plus en plus exigeants en matière d’alimentation et des questions telles que la santé, les propriétés nutritionnelles, la provenance, la durabilité et le bien-être animal deviennent essentielles. La nouvelle demande a une influence décisive sur les variétés cultivées, les méthodes de culture, ainsi que sur la sélection. Il ne fait donc aucun doute que certains secteurs du marché, tels que les produits biologiques et les produits « zéro kilomètre », connaîtront une croissance importante au cours de la prochaine décennie.

Les politiques de l’UE en termes d’impact environnemental ont également conduit à la promotion de certaines pratiques de production, telles que la rotation des cultures. Toutefois, les coûts plus élevés associés à certains de ces changements sont compensés par la valeur ajoutée des produits.

Toujours dans ce rapport, l’agence européenne prévoit que l’espace consacré à l’agriculture sur le continent diminuera de 178 millions d’hectares d’ici à 2030. Les cultures se développeront plus lentement que par le passé, même si les progrès dans la sélection et la gestion des semences aideront encore les agriculteurs à obtenir une augmentation globale de la production.

Lutter contre le changement climatique

Le changement climatique va modifier en profondeur notre mode de production (comme le montre cet article sur le climat et l’agriculture), en affectant des facteurs tels que les précipitations, la température et la qualité des sols. Nous devons commencer à faire face à ces changements en adoptant certaines stratégies.

Le nouveau rapport de l’Agence européenne pour l’environnement sur le changement climatique propose un certain nombre de recommandations, notamment l’utilisation d’outils d’agriculture de précision pour améliorer la production et optimiser la distribution des engrais et des pesticides.
Il recommande également l’utilisation de cultures plus résistantes à la canicule et au froid, mais aussi à la sécheresse et aux parasites. Pendant la période hivernale, il convient d’utiliser des cultures de couverture pour protéger le sol. D’une manière générale, la rotation des cultures apporte des avantages considérables au sol.

Une irrigation optimisée, une production durable en serre et un meilleur fourrage pour les animaux sont quelques-unes des recommandations de l’agence européenne pour la nouvelle décennie.

Nouvelles technologies pour l’agriculture

Enfin, la technologie progresse à grands pas et les résultats seront bientôt visibles. Ces dernières années ont vu l’introduction de nombreuses nouvelles technologies. Il y a dix ans, des outils tels que l’Isobus et la conduite assistée auraient ressemblé à de la science-fiction, mais aujourd’hui ils sont à la portée de tous (découvrez les technologies agricoles déjà disponibles).

Pour la prochaine décennie, les nouvelles sont plus futuristes :

  • Nos champs pourraient être parcourus par des robots et des drones, capables de collecter des données et de s’occuper des cultures avec toujours plus de précision.
  • Fertilisation, désherbage et même récolte : gérés par l’intelligence artificielle, les robots de la prochaine génération seront également capables de fournir des suggestions pour optimiser la production et augmenter le rendement des cultures.

Les drones agricoles pourraient être utilisés pour la cartographie des terres et la détection des problèmes. À l’avenir, ils devraient également être utilisés pour pulvériser les cultures avec rapidité et précision, sans gaspillage de produits chimiques, grâce à des équipements sophistiqués.  La collecte de données peut également être intégrée au suivi des cultures par satellite, de sorte que la situation puisse être maîtrisée à tout moment et que toutes les informations nécessaires pour intervenir rapidement en cas de besoin soient disponibles.

Mais les nouvelles technologies ne concernent pas seulement les machines et les outils numériques. Le génie génétique jouera un rôle très important. Si le phénomène des OGM nous est désormais familier, la nouvelle frontière est celle des nouvelles techniques de sélection. En utilisant l’édition du génome pour modifier des parties spécifiques des gènes d’une plante, il est possible de produire de nouvelles variétés de plantes plus productives et plus résistantes dans un délai beaucoup plus court que les techniques de sélection traditionnelles.

 

Laissez un commentaire